Le comité exécutif autorise une dépense de 760 993 $ pour des projets de verdissement dans 5 arrondissements

YALLA – Montréal, le 4 avril 2018 – Le comité exécutif de la Ville de Montréal a autorisé mercredi, lors de sa séance hebdomadaire, une dépense totale de 760 993,65 $ aux arrondissements de LaSalle, Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Saint-Laurent, Saint-Léonard et Verdun pour des projets de verdissement. Cette dépense s’inscrit dans le cadre de l’Entente de collaboration sur le verdissement entre Hydro-Québec et la Ville de Montréal, pour laquelle la société d’État a versé une contribution financière de 1,5 M$.

« Ces projets permettront d’accroître la biodiversité dans les emprises de lignes aériennes de transport d’électricité et de créer de nouveaux lieux de détente pour les citoyens. Ils contribueront également à réduire les îlots de chaleurs et à favoriser les transports actifs », s’est réjoui le responsable des grands parcs, des espaces verts et des grands projets au comité exécutif, Luc Ferrandez.

Un total de cinq projets seront réalisés :

● aménagement paysager entourant la piste cyclable située au nord du boulevard Champlain et le long du canal de l’Aqueduc, entre le boulevard Bishop-Power et la rue Gagné (arrondissement de LaSalle);
● aménagement paysager et d’agriculture urbaine des traverses Forsyth et René-Lévesque–De La Gauchetière (arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles);
● aménagement faunique pour favoriser le papillon monarque, les pollinisateurs et les oiseaux dans le corridor de biodiversité Cavendish-Laurin-Liesse (arrondissement de Saint-Laurent);
● aménagement et mise en valeur du bassin de rétention du Domaine Chartier (arrondissement de Saint-Léonard);
● aménagement floristique et faunique entourant la piste cyclable située entre le boulevard Champlain et le canal de l’Aqueduc, entre les rues Leclair et Stephens (arrondissement de Verdun).

Rappelons que l’entente conclue en 2015 entre la Ville et Hydro-Québec est issue d’une volonté de collaboration dans un contexte de conciliation entre les besoins de maîtrise de la végétation dans les emprises de la société d’État et les objectifs de verdissement de la Ville. Le contexte particulier de Montréal et du rattrapage nécessaire dans les interventions de maîtrise de la végétation est pris en compte dans cette entente. On lui doit notamment le réaménagement des parcs de Malicorne et des Closeries, dans l’arrondissement d’Anjou, en 2017. Elle permettra aussi la mise en valeur d’une portion de l’emprise des lignes aériennes de transport d’électricité dans le parc-nature du Bois-de-Liesse.

0 Comments

Leave a Comment

Login

Welcome! Login in to your account

Remember me Lost your password?

Lost Password

Skip to toolbar